Etre marié, c’est bon pour la santé (mais pas de tout le monde) !

© Thinkstock

Une récente étude menée par des chercheurs britanniques a tenté de déterminer si le mariage, le célibat et le divorce avaient des effets sur notre santé. La réponse est évidemment oui, mais une curieuse disparité entre homme et femme a été observée.

L’amour peut-il nous préserver de certains problèmes de santé ? Et un coeur va-t-il être symboliquement autant que littéralement brisé en cas de rupture et de divorce ? C’est à ces questions qu’ont voulu répondre des chercheurs britanniques de plusieurs écoles (l’UCL Institute of Education, la London School of Economics and Political Science, et la London School of Hygiene and Tropical Medicine). Pour cela, ils ont observé les données matrimoniales et sanitaires de plus de 10 226 individus (4 970 hommes et 5 256 femmes) nés en Grande-Bretagne au printemps 1958 et ont pu établir de curieux liens entre leur état de santé et leur situation American Journal of Public Health. Parmi les conclusions qu’ils ont tirer de leurs observations : le fait que ces impacts sont très différents selon les deux sexes.

Le mariage préserve les hommes…

En effet, le mariage, chez les hommes, diminuerait par exemple de 15% le risque de mort prématurée, de 5% le risque d’avoir un accident cardiovasculaire et plus généralement les risques de développer des maladies cardiaques et des troubles respiratoires comparés à leurs pairs célibataires. 11% de ces derniers, et même de ceux qui vivaient en concubinage, affichaient par ailleurs le niveau de santé le plus “médiocre” de tous les individus observés.

…mais pas les femmes !

En revanche, la vie maritale ne réussit pas forcément aux femmes pour qui le célibat s’avère plus bénéfique que chez ces messieurs. Les chercheurs ont pu constater que les quinquagénaires qui ne s’étaient jamais mariées présentaient les mêmes risques de développer à la fois du diabète, une tension artérielle élevée et une obésité que les femmes mariées pour qui la situation ne change donc rien. Et contrairement aux hommes seuls, les célibataires ou concubines ne voient pas le risque de souffrir de problèmes cardiaques augmenter.

Le divorce dédiabolisé

Plus globalement, les couples qui se sont mariés lorsqu’ils avaient une vingtaine d’années et le sont restés depuis montraient les meilleurs résultats sanitaires. Et tandis que le divorce et ses tracas pourraient être perçus comme un événement influant lui aussi, et en mal, sur la santé, les observations des chercheurs tendent à prouver le contraire, du moins lorsque les personnes se remettent en couple par la suite.
​”La santé de ceux et celles qui ont vécu une séparation ou un divorce ne semble pas être affectée sur le long terme, du moment qu’ils commencent une nouvelle relation ensuite“, explique le Docteur George Ploubidis, de l’UCL Institute of Education, l’un des auteurs de l’étude. Malgré l’ampleur de celle-ci, il explique que les résultats ne sont que des observations et qu’établir scientifiquement des liens entre santé et mariage ou célibat nécessiterait de plus plus amples recherches.

Si vous sautez le pas prochainement, quelques idées de robes de mariée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *